À propos de Roger Neilson

Le début d'un héritage

Roger_Neilson.jpgRoger Neilson est né le 16 juin 1934 à Toronto, Ontario, Canada. Sans le savoir, il entreprenait un long et riche parcours pour devenir entraîneur. Coloré et innovateur, Neilson était reconnu pour ses méthodes parfois non conventionnelles et pour tester continuellement les limites et les règlements du hockey afin d’y dénicher des failles au profit de son équipe. D’abord et avant tout, Roger Neilson était un entraîneur et fier compétiteur qui n’avait qu’un seul but, celui de la réussite de son équipe.

Ses succès dans les rangs junior et professionnel sont bien documentés. Comme la plupart des entraîneurs bénévoles, Roger Neilson a débuté dans le hockey mineur. À l’âge de 17 ans, il a commencé à diriger des enfants alors qu’il était étudiant à l’Université McMaster, à Hamilton, Ontario. Au cours de cette saison, celle de 1951-1952, il a dirigé un groupe d’enfants commandité et connu sous le nom de "Dave's White Rose." Il a remporté son premier titre en 1952-1953 alors que sa formation « Ideal Welding » raflait le championnat Bantam "B". Il a répété l’exploit dans la Ligue de hockey de Toronto avec les Shopsy's Pee Wees de Toronto en 1953-1954. Il a continué à diriger les Shopsy's avant de se joindre à l’équipe Lake Shore Motors Juvenile en 1954-1955. En 1955-1956, Neilson fut l’entraîneur de la formation Westlake Motors Juveniles, qu’il a conduit au championnat de la THL en plus d’avoir pris les rênes des équipes bantam et midget de Leaside. Il a dirigé deux équipes bantam mineur en 1956-1957, les Grads de North Toronto, qui ont gagné le championnat intermédiaire, ainsi que les Rangers de Leaside. Il fut derrière le banc de cette dernière équipe pour une deuxième saison en 1958-1959. Il a passé les deux saisons suivantes avec une formation peewee commanditée par les cornichons Bick's (Bick’s Pickels). En 1961-1962, il accepta de prendre les rênes des Bears d’Aurora Junior B, de l’Association de hockey de l’Ontario. L’équipe midget des Bick's Pickles a remporté le titre de la THL ainsi que le championnat provincial de l’Ontario en 1962-1963. La saison suivante (1963-1964), il a pris la barre des North Lions de Toronto, une équipe midget majeure. En 1965-1966 et 1966-1967, il dirigeait les Weston Dodgers midgets. À la même période, Neilson était activement impliqué dans le baseball mineur, alors qu’il était l’entraîneur d’une équipe de la région de Toronto. En dix campagnes, Neilson a remporté neuf championnats dans la région métropolitaine de Toronto. La prochaine étape de sa carrière d’entraîneur fut dans le junior A de la OHA. Il passera la prochaine décennie à diriger les Petes de Peterborough. L’équipe de Neilson terminera parmi les trois meilleures formations au classement du circuit à huit reprises. Les Petes atteindront la finale de la Coupe Memorial en 1972 après avoir remporté le championnat du circuit Junior A de la OHA. Ses pairs l’ont surnommé "Rule Book Roger" à l’époque alors que Neilson, qui savait profiter des failles dans les règlements existants, a forcé les autorités à modifier le livre des règlements. En ce qui a trait à l’importance de l’éducation pour les jeunes, il était intraitable. Professeur d’éducation physique au secondaire, Neilson soumettait déjà ses joueurs à des exercices d’aérobie sur la patinoire, bien avant que cela devienne une pratique acceptée en Amérique du Nord. Il fut le premier entraîneur à avoir recours à la vidéo comme outil, ce qui lui a valu le surnom « Capitaine Vidéo. » Lorsqu’il est arrivé dans la LNH en tant que nouvel entraîneur, Neilson passa des heures à visionner des matchs récents sur bande vidéo, souvent jusqu’aux petites heures du matin.

Roger_Neilson3.jpgAvant son saut dans la LNH, Neilson accepta un poste d’entraîneur-chef avec les Blackhawks de Dallas. Cette dernière formation était une équipe professionnelle mineure dont se partageait Chicago et Toronto, qui évoluait dans la première édition de la Central Hockey League. Les Blackhawks ont terminé au troisième rang en saison régulière, mais ils se sont inclinés en prolongation lors du septième et décisif match de finale de la Coupe Adams devant les champions de la saison régulière, les Texans de Fort Worth. Il s’agissait de la seule campagne de Neilson au hockey professionnel mineur. Roger Neilson a débuté sa carrière dans la LNH avec les Maple Leafs de Toronto en 1977-1978 et son équipe a récolté des points dans 51 des 80 matchs du calendrier régulier. En séries éliminatoires, les Leafs surprenaient les Islanders de New York, qui étaient hautement favorisés, en quart de finale. Après une deuxième saison à Toronto, Neilson s’est dirigé sur l’autoroute ontarienne QEW pour aller rejoindre Scotty Bowman à Buffalo, au poste d’entraîneur-adjoint. Il accéda au poste d’entraîneur-chef en 1980-1981, pour mener les Sabres à récolter des points dans 60 des 80 matchs du calendrier régulier. La saison suivante, il devenait l’adjoint d’Harry Neale à Vancouver. Il a assumé les responsabilités d’entraîneur-chef alors qu’il restait cinq matchs à disputer en saison régulière ainsi que pendant les séries éliminatoires. Les Canucks ont donné du fil à retordre aux puissants Islanders de New York avant de s’incliner lors de la « deuxième saison » de 1981-1982. C’était pendant ces séries que Neilson avait provoqué un tollé avec « l’affaire de la serviette blanche » pour protester contre les pénalités décernées à répétition à ses Canucks par les officiels de la LNH. Depuis cette histoire, le geste s’est inscrit dans les coutumes du hockey.

Il fut embauché à titre d’analyste vidéo avec Edmonton pendant les séries éliminatoires de 1984. Son aide fut précieuse pour les succès des Oilers, qui leur ont permis de remporter leur première Coupe Stanley.

Aller de l'avant

Roger_Neilson2.jpgIl a été l’adjoint d’Orval Tessier à Chicago pour la saison 1984-1985 et pendant deux autres campagnes sous les ordres de Bob Pulford en 1985-1986 et 1986-1987. Il a rempli le rôle de dépisteur avec Chicago pendant deux saisons avant d’être embauché par les Rangers de New York à titre d’entraîneur-chef en 1989-1990. Neilson a dirigé la formation pendant trois saisons et demi. À sa première année, les Rangers remportaient le titre de la section Patrick et en 1991-92, l’équipe terminait au premier rang du classement général pour gagner le trophée du Président. Cette saison-là, il fut candidat pour le trophée Jack Adams remis à l’entraîneur par excellence dans la LNH. Son séjour chez les Rangers s’est terminé à mi-chemin durant la saison 1992-1993; il a refait surface quelques mois plus tard avec les Panthers de la Floride, une équipe d’expansion. Avec un système de jeu hautement axé sur la défensive, les Panthers ont établi des records en saison régulière pour une équipe à sa première année, avec 33 victoires et 83 points. Après une deuxième et dernière saison en Floride, Neilson fut embauché à titre d’adjoint par l’entraîneur-chef des Blues de St. Louis, et ancien des Petes de Peterborough, Mike Keenan en 1995-1996. À St. Louis, Neilson a œuvré aux côtés de l’entraîneur-chef recrue Joel Quenneville pendant les campagnes 1996-1997 et 1997-1998. Le 9 mars 1998, il est devenait entraîneur-chef des Flyers de Philadelphie. Neilson a continué avec les Flyers jusqu’à la fin de la saison 1999-2000. À l’automne 2000, Neilson devenait l’adjoint de Jacques Martin à Ottawa. Martin a cédé sa place pour les deux derniers matchs de la saison 2001-2002 afin de permettre à Neilson d’atteindre la marque des 1 000 matchs de saison régulière à titre d’entraîneur-chef dans la LNH. Après son 1 000e match, il présentait une fiche en carrière de 460 victoires et 159 matchs nuls. Au cours des 16 saisons comme entraîneur-chef dans la LNH, Neilson a présenté une fiche gagnante à 11 reprises.

Roger_Neilson4.jpgRoger Neilson a rapidement prouvé qu’il était en mesure d’établir une équipe de qualité sans égard au talent individuel des joueurs. En ses qualités d’enseignants, Neilson était capable de soutirer le maximum de ses joueurs. Tout au long de sa vie consacrée au hockey, Roger Neilson a mis en valeur et appliqué quatre principes dans l’exercice de ses fonctions : Établir une bonne relation avec l’équipe; être préparé et organisé; défendre et bien défendre; et faire en sorte que les joueurs croient en vous et en eux-mêmes.

Son dévouement au hockey s’étendait aussi au-delà de la saison de hockey. Pendant ses vacances, Neilson dirigeait et agissait comme instructeur dans des camps de hockey à tous les étés. Il dirigeait le "Roger Neilson's Hockey Camp," une école de hockey pendant la saison estivale à l’Université de Windsor, ainsi qu’un camp international de cinq semaines qu’il a mis en branle en 1976.

Après avoir été diagnostiqué avec un myélome multiple, une forme de cancer, le 9 décembre 1999, Neilson a courageusement poursuivi sa carrière d’entraîneur entre deux traitements avant de succomber à la maladie, le 21 juin 2003. Pendant son combat, il a mis sur pied le « Roger Neilson Forever Hockey Fund », un fonds destiné au hockey chez les jeunes.

Utilisé avec l’autorisation du site Web du Temple de la renommée du hockey.

Nos partenaires